MENU

Internet Matters x Recherche Nominet : les cours RSHE ne répondent pas aux besoins des enfants

Un adolescent porte des écouteurs, allongé pendant qu'il regarde son téléphone.

Dans ce blog, nous partageons les résultats des panels du premier tour sur la qualité de l'éducation autour du partage de nu que les enfants reçoivent actuellement.

La semaine prochaine, nous partagerons le point de vue des enfants sur la manière d'améliorer les messages de prévention.

Le paysage actuel de l’éducation aux relations, au sexe et à la santé (RSHE)

Internet Matters s'est associé à Nominet, la société Internet d'intérêt public, et à Praesidio Safeguarding pour explorer les moyens de lutter contre le problème croissant de matériel d'abus sexuel d'enfants auto-généré (CSAM) en ligne.

L'éducation obligatoire sur les relations, le sexe et la santé (RSHE) a été introduite en Angleterre et au Pays de Galles en 2020. Le programme vise à aider les enfants à gérer leur vie personnelle de manière sûre et positive, y compris dans les environnements numériques. Les directives statutaires exigent que les écoles couvrent implications juridiques d'images sexuelles produites par les jeunes, ainsi que de connaissances sur ce qui constitue des relations sexuelles saines et sûres.

Même si les intentions de l’enseignement du RSHE sur les relations respectueuses sont les bonnes et que les orientations pédagogiques – pour la plupart – sont constructives, nous constatons que dans pratique, les cours RSHE ne répondent pas aux besoins des enfants.

Comment les cours actuels du RSHE négligent les besoins des enfants

L'un des messages les plus clairs et les plus cohérents qui ressortent de nos panels du premier tour est la mesure dans laquelle les cours RSHE ne répondent pas aux besoins des enfants, en particulier sur les sujets sensibles. Dans un contexte, les enfants ont décrit le RSHE comme un « spectacle parallèle » et comme une « leçon gratuite en gros ».

  • Les enfants décrivent RSHE comme manque de détails et ne pas offrir suffisamment d’informations ou de conseils – notamment sur des sujets sensibles. Peu d’élèves à qui nous avons parlé avaient reçu des cours spécifiques sur l’envoi de nus.
  • Lorsqu'on lui propose des informations sur ces sujets, les enseignants sont souvent des non-spécialistes d’une matière qui semblent vouloir aborder le sujet rapidement parce qu'ils le trouvent « gênant ».
  • L’utilité du RSHE est également considérée comme largement dépendante de l’âge. Les enfants considèrent le partage de nus comme un problème « sérieux » et « potentiellement dangereux » qui devrait être abordé au niveau jeune âge avant que cela n'arrive. Beaucoup d'enfants pensent que cela devrait être école primaire ou au début de 7 AnnéeLes enfants de la 7e à la 9e année considèrent ces leçons comme utiles et importantes, tandis que les enfants de la 10e année estiment que les messages de prévention arrivent trop tard – car lorsqu’ils atteindront cet âge, le partage d’images sera monnaie courante et les normes seront ancrées.

Il y a des problèmes de taille des classes et de groupes mixtes

Dans de nombreux contextes, des cours sensibles sur le partage de nus sont dispensés dans des classes mixtes et nombreuses, comprenant jusqu'à 30 élèves.

  • Les enfants nous ont dit que il est difficile de partager des expériences ou de poser des questions dans des classes nombreuses pouvant accueillir jusqu'à 30 élèves. Ils ne se sentent ni soutenus ni en sécurité.
  • Les filles, en particulier, ont du mal à partager et à discuter des problèmes liés au partage de nus devant les garçons. par peur d'être taquiné ou intimidé.
  • Les garçons estiment qu'il y a un manque de sérieux autour du RSHE, ce qui peut conduire à une rupture du comportement et du contrôle.. La dégradation du comportement des garçons a été citée comme un obstacle majeur empêchant les filles de se sentir à l'aise pour s'engager et développer des stratégies de prévention.
  • Certains élèves ont indiqué qu'on leur avait enseigné RSHE dans les groupes de formulaire qu'ils ne connaissent pas aussi bien que leurs groupes d'apprentissage, et cela augmentait l'inconfort et la gêne.

Recherche sur le matériel d'abus sexuel d'enfants auto-généré (CSAM)

En savoir plus sur cette recherche et les dernières mises à jour.

EN SAVOIR PLUS

Que veulent les étudiants dans leurs cours RSHE ?

Les jeunes ont exprimé clairement et sans équivoque la manière dont ils souhaiteraient que le RSHE soit mis en œuvre.

  • a lieu: Les sujets sensibles doivent être abordés sous forme de discussion, avec la possibilité de partager des expériences et de poser des questions. Apprendre « par PowerPoint » n'est pas viable dans ce contexte.
  • Taille des classes et sexe: Les sujets sensibles – en particulier ceux liés au harcèlement sexuel – devraient également être abordés dans le cadre de séances non mixtes, au sein de petits groupes de classe comptant jusqu'à 10 élèves.
  • Enseignants spécialisés: Les garçons ont parlé de leur préférence pour les professionnels externes dispensant des séances RSHE – car ils estiment qu'il est plus facile de poser des questions à un adulte de confiance qu'ils ne verront pas tous les jours. Les professionnels externes sont également considérés comme plus susceptibles d’être équipés et plus compétents que les enseignants des autres matières.

Où les enfants apprennent actuellement le partage de nus

En l’absence d’éducation de qualité dans les écoles, les jeunes sont plus susceptibles d’apprendre le partage de nus auprès de amis et la familleOu de potins sur certains incidents au sein de leurs groupes de pairs. Ils découvrent également les risques liés au partage d'images provenant de TV et réseaux sociaux. La qualité de ces informations et conseils varie.

Quelle est la prochaine?

Les résultats du premier cycle de notre recherche dressent un tableau clair du RSHE en classe, qui est ne répond pas aux besoins des enfants d’être protégés contre les abus sexuels auto-générés. Les problèmes structurels – notamment la taille et la composition des classes, ainsi que la prestation par des enseignants non spécialisés – créent des obstacles à la diffusion efficace de messages de prévention de qualité.

La prochaine série de recherches examinera les meilleures voies pour atteindre les enfants avec des interventions préventives – par exemple, en améliorant existant l'enseignement en classe ou la recherche de nouveaux moyens de faire passer le message.

Messages récents