Le duc de Cambridge rencontre des militants avant le lancement de la cyberintimidation

Dans le cadre des travaux du groupe de travail de la Fondation royale sur la prévention de la cyberintimidation, le duc de Cambridge a rencontré Lucy Alexander et Chloe Hine pour en savoir plus sur les effets de la cyberintimidation sur leur vie.

Coût humain de la cyberintimidation

Aujourd'hui, mercredi, une nouvelle vidéo a été publiée où le duc de Cambridge discute de son
motivation pour vouloir lutter contre la cyberintimidation. Son Altesse Royale a invité Lucy Alexander et Chloe Hine à Kensington Palace pour en savoir plus sur l'impact de la cyberintimidation sur leur vie et pour les remercier de leur contribution au groupe de travail sur la prévention de la cyberintimidation de la Fondation.

Peu de temps après la naissance de son fils, le duc de Cambridge a appris qu'un jeune garçon s'était suicidé à la suite d'une violente campagne de harcèlement en ligne. À mesure qu'il approfondissait la question, il apparut rapidement qu'il y avait beaucoup d'histoires similaires en provenance du Royaume-Uni et du monde entier.

L'année dernière, Lucy a écrit avec émotion à propos de la perte de son fils, Felix, qui s'est suicidé. Elle a lancé sa propre campagne de sensibilisation aux problèmes, afin de s'assurer qu'aucun autre parent ne souffrirait du chagrin de perdre un enfant en raison de brimades en ligne. Le duc a lu l'histoire de Lucy et lui a demandé de faire partie des parents pour aider le groupe de travail à mieux comprendre l'impact de la cyberintimidation.

L'histoire de Chloé

Chloé était membre du groupe d'experts du groupe de travail. À l'âge de 13, elle a tenté de se suicider après avoir été attaquée en ligne. En écrivant une note de suicide sur ce qu'elle ressentait, elle a trouvé un réconfort dans la capacité d'expliquer par écrit ce qu'elle était incapable de dire en personne. Elle a décidé que sa vie valait la peine de se battre et a continué à écrire ses sentiments. Elle a fini par transformer ces mots en musique et a ensuite utilisé l'écriture de chansons comme thérapie pour se sentir mieux.

Inspiré par de tels récits, Son Altesse Royale a réuni certains des artistes les plus célèbres du monde.
des noms reconnaissables dans les médias et la technologie, ainsi que des œuvres de bienfaisance pour enfants et des parents, pour accompagner le panel de jeunes à trouver des moyens de lutter contre la cyberintimidation.

Dans la vidéo, Chloé dit: «Sur les médias sociaux, vous ne pouvez pas y échapper, vous êtes constamment avec cette brute." Parlant de sa propre expérience, elle dit: "Les gens se sont simplement retournés contre moi parce qu'ils pensaient", dit celle-ci C'est la première fois que nous la haïssons tous pour ça ', et ça a dégénéré en contrôle. »

Lucy a déclaré: «C'est écrit, donc c'est là qu'il faut regarder, encore et encore. Et si vous êtes dans un espace négatif, c'est tout ce que vous pouvez voir. Vous recherchez la négativité et vous recherchez les choses cruelles »

Travailler pour mettre fin à la cyberintimidation

Lucy a déclaré: «J'ai en quelque sorte l'impression que Félix m'a confié un travail, et mon travail consiste à veiller à ce que nous essayions d'aider autant de personnes comme lui.»

Demain jeudi, le duc de Cambridge doit dévoiler les résultats du groupe de travail. Présidé par l'entrepreneur technologique Brent Hoberman, CBE, le groupe de travail comprend les membres suivants: The Anti-Bullying Alliance; Pomme; BT; Le prix Diana; EE; Facebook; Google; Affaires Internet; NSPCC; O2; Ciel; Snapchat; Supercellule; Parle parle; Gazouillement; Vodafone et Virgin Media.

Ressources

Si la santé mentale de votre enfant vous préoccupe, contactez le service d'assistance aux parents de YoungMinds pour obtenir une assistance personnalisée, 0808 802 5544

Visitez le site

Messages récents

Défilement vers le haut