Les portiers numériques ne demandent pas de pièce d'identité

Image attribution: Cory Doctorow sous licence Creative Commons

Olivia Gordon, journaliste et rédactrice sur le rôle parental, compare la facilité avec laquelle les enfants peuvent accéder aux plates-formes de réseaux sociaux car il n'y a pas de «videurs sur la porte» et conseille sur ce que vous pouvez faire en tant que parent pour les aider à gérer les risques.

Vérification de l'âge sur les réseaux sociaux

Il y a une génération, les parents s'inquiétaient de ce que des enfants se faufilent dans des clubs avec de fausses cartes d'identité. Mais aujourd’hui, les inquiétudes des parents sont plus proches de la maison, les enfants rejoignant les réseaux sociaux des médias sociaux sur leur téléphone, assis sur le canapé, entourés de leur famille.

Et ces jours-ci, les enfants qui souhaitent rejoindre des clubs mineurs ne doivent même pas se faufiler ou montrer une pièce d'identité. C'est aussi facile pour eux que de taper une fausse année de naissance. il n'y a pas de processus de vérification, pas de videur à la porte.

Statistiques sur l'utilisation des médias sociaux par les mineurs au Royaume-Uni

Une nouvelle enquête réalisée par Internet Matters a révélé qu'un pourcentage élevé d'enfants utilisaient des sites de réseaux sociaux mineurs. L'enquête auprès des utilisateurs de 1000 11-15 ayant des profils de réseaux sociaux a révélé que 62% des utilisateurs de 11 et 69% des utilisateurs de 12 ont un profil Facebook, bien que les sous-utilisateurs de 13 ne soient pas autorisés.

36% des utilisateurs de 11 et 57% des utilisateurs de 12 utilisent Instagram, tandis que 22% des ans 11 et 41% des ans 12 possèdent un Snapchat compte (pour ces deux sites, l’âge minimum est également 13 plus). La moitié des personnes âgées de 11-15 interrogées étaient en WhatsApp, qui a un âge minimum de 16. De nombreux autres enfants sous 13 utilisent également Twitter et Skype, encore une fois mineurs.

Ces sites de médias sociaux ont tous des exigences relatives à l'âge minimum et les comptes peuvent être désactivés s'ils découvrent qu'un enfant a menti sur leur âge, mais ils ne vérifient pas les dates de naissance des enfants. Même si un parent désactive le profil de son enfant, c'est littéralement un jeu d'enfant pour en créer un autre.

Des enfants aussi jeunes que 11 affichent en moyenne 26 fois par jour sur les sites de médias sociaux et attirent généralement plus de 100 sur chaque réseau, mais moins de la moitié de ces «amis» sont des amis «réels».

Assumer le rôle de gardien de sécurité numérique

Comme les adultes, les jeunes veulent utiliser les médias sociaux - cela les aide à se connecter avec des amis, à partager leurs connaissances et à s'exprimer. En fin de compte, étant donné que ces sites ne disposent pas de «portier» fiable renvoyant les enfants mineurs, il appartient aux parents de jouer le rôle de gardien de sécurité.

Un enfant peut accéder aux médias sociaux s'il le souhaite vraiment - même si cela est interdit, il peut utiliser le téléphone d'un autre enfant ou créer un compte dont il ne parle pas aux parents - mais les parents ont le pouvoir de protéger les enfants en ligne en leur donnant les outils pour sécuriser les réseaux sociaux.

Carolyn Bunting of Internet Matters a déclaré: «Notre message est de continuer à parler à vos enfants et de rester impliqués. Nous voulons souligner l’importance de parler à vos enfants dans le monde hors ligne pour que vous puissiez les garder en sécurité dans le monde en ligne. "

Conseils pour assurer la sécurité des enfants en société

Internet Matters encourage les parents à se renseigner eux-mêmes et à renseigner leurs enfants sur les différents réseaux sociaux, à se mettre d'accord avec leurs enfants lorsqu'ils sont suffisamment matures pour en rejoindre un, et à créer ensemble le profil de l'enfant, en établissant des niveaux de confidentialité au plus haut niveau.

Les parents peuvent apprendre aux enfants comment bloquer ou ignorer les personnes sur les réseaux sociaux et comment faire si quelque chose les met mal à l'aise - par exemple, en leur donnant une phrase à utiliser si elles veulent quitter rapidement une conversation.

C'est une bonne idée de donner aux enfants des limites quant aux sites qu'ils peuvent utiliser, et pour combien de temps, depuis le début, ainsi que ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas poster ou republier. Et bien sûr, il est essentiel de leur parler des dangers: que les internautes ne soient peut-être pas ce qu'ils prétendent, que ce que vous publiez peut être partagé et que vous risquez de bavarder avec des étrangers, sans parler de les rencontrer.

Un enfant doit savoir qu'il ne doit jamais divulguer son mot de passe, son nom complet, son adresse ou son école et qu'il ne doit pas utiliser les webcams avec des personnes inconnues ni savoir comment les désactiver. De nombreux parents trouvent qu'il est utile de se connecter eux-mêmes sur les sites et d '«amis» ou de «suivre» leurs enfants.

Point de vue des parents et des enfants sur le social

Gail Partridge, consultante d'Écosse, est l'une des mères qui continue de s'intéresser à l'utilisation des médias sociaux de son enfant de cette manière. Zoe, sa fille de 11, est sur Snapchat, Instagram et Musical.ly, mais sait ne jamais partager son nom complet, son âge ou son école en ligne et déclare: «J'aime être sur [les réseaux sociaux] et je sais ce qui est juste et ce qui ne va pas."

Gail est d'accord: «Nous avons une relation assez ouverte en matière de médias sociaux et je connais tous les mots de passe de Zoe.» Gail pense que l'utilisation des médias sociaux a un impact positif sur les amitiés et l'éducation de Zoe. Elle dit: «Évidemment, je m'inquiète de choses comme le toilettage et le sextage, mais Zoe est très sage et nous en parlons.» Lorsqu'un des amis de Zoe a posté quelque chose d'inapproprié sur Snapchat, Gail a interdit à Zoe de l'utiliser pendant un certain temps. Zoé est maintenant autorisée à l'utiliser à nouveau avec un réseau sécurisé de quatre amis.

À 14, Constance Bauer, de Kingston, dans le Surrey, compte des adeptes de 160 sur Instagram et 30 sur Snapchat, mais sa mère, Catherine, une vendeuse, veille à ce que Constance publie.

Catherine dit: «La première chose que je lui ai dite était:« Ne montez rien de mauvais ». Et j'ai dit que je voulais qu'elle me signale immédiatement si quelqu'un disait quelque chose d'horrible ou la critiquait. »Constance dit:« Je ne publie jamais rien de négatif ou de dégradant. »Elle ajoute:« Je ne mets aucune de mes photos au public. Je ne les envoie que directement à mes amis.

Enseigner la sécurité en ligne dès le début

Pour les parents modernes, la protection de nos enfants n'est pas aussi nette que celle de nos propres parents. En grandissant, nous ne pouvions pas nous cacher de nos mères si nous fumions ou si nous sortions tard. Mais ces jours-ci, nous ne pouvons pas savoir simplement en regardant les activités de nos enfants et en fouillant dans leur chambre où ils ont été ou ce qu'ils ont fait en ligne.

Et si le conseil demeure de ne pas autoriser les enfants mineurs sur les réseaux sociaux, la réalité est qu’il est très difficile de les arrêter et que tous leurs amis le font. Nous devons donc nous assurer que les enfants, dès le début de leur utilisation d’Internet, comprennent les risques et qu’ils veulent se protéger. Tout comme un enfant apprend la sécurité routière et qu'un parent le tient bien lorsqu'il apprend à faire du vélo, il doit être guidé pour se prendre en charge en ligne.

Pour Kate, journaliste londonienne, il est plus prudent de rejoindre Lucy, sa fillette de 11, en ligne et de l’aider étroitement, que d’essayer de l’empêcher de rejoindre les réseaux sociaux et de risquer de faire de son propre compte une expérience secrète.

Kate dit: «Je sais officiellement qu'elle est trop jeune, mais je suis amie avec elle en ligne et je garde un œil sur ce qu'elle fait. Lucy a dû parler à Lucy de certaines choses qu'elle a republiées, ce qui, à mon avis, est inapproprié et l'a également aidée à ne plus suivre les personnes qui publient des images troublantes.

"Je pense que c'est bien qu'ils s'habituent à utiliser les médias sociaux en toute sécurité, tout en gardant un œil sur eux."

Messages récents

Défilement vers le haut